Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 12:11

Récit version 2.0: avec (quelques) photos et les cartes

 

Comme chaque début d'année depuis 2009, ma première grosse course au mois de janvier a été le Raid 28. Et comme l'an dernier, il s'est couru avec l'Equipe du Coeur.

 

Affiche

 

Nous étions partis pour reconduire l'équipe de l'année précédente qui avait fini 2ème derrière les triples vainqueurs belges de Quechua Célestes mais Elise préfèrait finalement renoncer cette année. Nous étions exceptionnellement 6 l'an dernier alors que le raid se déroule en principe par équipes de 5, du coup pas de problème. Mais la blessure du cap'tain Guigui à 1 mois de la course (faut arrêter le foot Guigui, c'est pas raisonnable ) et une incertitude sur la capacité de Mouss à s'entrainer à cause de son boulot au Maroc ont pimenté la finalisation de l'équipe dont nous n'avons pu envoyer la compo qu'à un peu plus d'une semaine du départ ! Finalement Mouss était bien présent avec nous et Greg du GO78 remplaçait Guillaume, Laurent prenant le rôle de capitaine et Stéphanie faisant la fille  Le plus
dur était fait. Ah non en fait c'était pas encore le plus dur...
 
Entre temps, les entrainements nocturnes en forêt de Meudon et leur ravitos festifs avaient permis à tout le monde de goûter au doux bruit de la course dans la boue. Oui mais voilà, point de boue cette année il y aura !

 

Entrainement Meudon

 

Entrainement Meudon 2

 

Les prévisions météos sont en effet bien froides, alors qu'on s'était habitués à des Raids 28, disons, tempérés ces dernières années. Puis les prévisions se dégradent toute la semaine, de temps correct, ça passe à temps gris puis à neige le dimanche puis à neige tout le temps tandis que les températures passent la négative. la neige est même déjà là avant le départ. Il fera encore plus froid que prévu, visiblement -5°C au départ de Maintenon... J'en frissone encore rien que d'y repenser, comme dirait Adriaan !


De notre côté l'équipe est en place ou presque: on s'est retrouvés chez moi pour une chtite assiette de pâtes à l'heure du goûter sauf Mouss qui finalement nous rejoindra dans le train.


team train
 Lolo et Steph train
sac donneur

 

On part de Montparnasse tous les 4 sauf Mouss qui prendra plutôt le suivant et on termine à pieds le kilomètre qui mène au départ, sauf Mouss qui préfèrera prendre le taxi depuis Versailles après avoir manqué le dernier train lui laissant une chance de prendre le départ à l'heure. La note va faire mal par contre... Mais il nous rejoint finalement grâce au taxi 20 bonnes minutes avant le départ, on est larges . "C'est vous la 7 ? Ben au moins c'est rapide pour trouver les dossards, y a plus que vous !" nous diront les bénévoles de l'accueil. Mais les derniers seront les premiers, c'est bien connu !

 

On est en place pour l'édition glaciale ! Le départ est donné à 21, tous les chefs d'équipe alignés tandis qu'on attend, tout près de la sortie...

 

Départ Raid28

Crédit photo équipe Turoom, Vincent Krieger et François Voisin

 

Lolo, qui se cache sur la photo, nous ramène les cartes et les définitions que je vous mets ci-dessous:

Feuille de route 1

Feuille de route 2

Feuille de route 3

Feuille de route 4

Pour le report, j'adopte chaque année une stratégie de plus en plus offensive parce que ça commence à m'énerver d'être toujours 15 à 30 minutes derrière Quechua Célestes dès le premier point de contrôle ! J'avais prévu de reporter quelques postes le temps de voir s'il y avait des bizarreries turoomesques au départ. Il y a bien une spéciale mais la bonne nouvelle est que la 1ère carte est déjà reportée. Le temps de lire la spéciale et on se met donc immédiatement en route après 2 minutes à peine. On sort 1ers du gymnase avec l'équipe d'Issy Aventure juste derrière. Jusqu'ici tout va bien !

 

Carte 1 avec notre trace GPS:
  Carte1trace
Greg se charge de l'orientation tandis que je commence à reporter les cartes suivantes avec Laurent une fois la première des 20 spéciales (!) en hommage aux 20 années de Raid 28 terminée. Ce n'étaient pas de grandes spéciales, parfois une seule balise, mais il y en avait pour tous les goûts ! Pour le report, j'ai investi cette année dans une petite plaque en plastique rigide pour faciliter le report en course. Un peu galère à trimballer mais utile malgré tout !

 

Annexe des 2 premières spéciales:

Annexe1&2


En route vers la 2ème spéciale, les Célestes nous rattrapent et nous sommes maintenant 3 équipes à rouler groupées. On arrive ensemble sur la 2ème spéciale où il s'agit de trouver 2 arbres. Sauf qu'on ne voit aucune balise... Il nous faut quelques minutes pour comprendre qu'en guise de balises, il ne s'agit en fait que de 2 poinçons au ras du sol attachés au bon arbre. Pas facile à repérer avec la neige ! Petite hésitation de nos 3 équipes en route vers la 14 pour un recalage. Nous partons le long d'un ruisseau avec Issy Aventure et tombons sur la 15 ! Déjà un premier coup
de chance, ça nous permet de nous recaler plus solidement pour aller chercher la 14 ensuite.

Carte 2 (pas la nôtre, celle-là je l'ai piquée à Adriaan, vous allez comprendre) avec notre trace GPS:
Carte2trace

 

 

Arrivés à la 16, c'est le drame ! Greg demande la 2ème carte sauf que la 2ème carte que j'ai déjà reportée, on ne la trouve pas ! C'est ma faute car j'ai tenu à garder sur ma plaque la carte 2 au lieu de la ranger dans sa pochette de départ alors que je commençais à reporter les suivantes. Je devais en être à ma 4ème à ce moment et des manipulations de main en main ont dû nous la faire perdre en route... Gros moment de doute à fouiller les sacs et les diverses poches plastiques ou porte carte mais rien à faire. On pique une grosse accélération pour rattraper l'équipe Issy Aventure car si on se retrouve seuls, on est foutus ! Je suis bien énervé et ça ne présage rien de bon, d'autant qu'on se rend rapidement compte qu'on a aussi perdu la 1ère page de définition (qu'on avait heureusement déjà reportée). Les Quechua Cémestes nous ramasse d'ailleurs un peu plus loin une carte qu'on venait aussi de laisser tomber. Bref c'est l'hécatombe à tout va. De mon côté je perds aussi 2 stylos mais ça j'y suis habitué, j'en avais prévu 4 dans mon sac . Cela dit, l'opération suivi à la trace fonctionne. On fait juste semblant de douter d'où aller et de regarder la carte quand ils doutent d'où aller... rhôôô le gros bluff que voilà !

En attendant, la neige déjà présente au sol se remet vite à tomber tandis que le vent se lève dans les zones dégagées rendant les manipulations de cartes (du genre mettre la carte dans son plastique) de l'ordre de la grosse galère avec les doigts gelés... Du coup Laurent me convaint d'arrêter le report à la fin de la carte 6. Il y aura du temps pour ça plus tard. En attendant on arrive groupés au PC2 où débute la carte 3.

Carte 3 avec notre trace GPS:

Carte3trace
Hélas le fait de retourner sur une carte qu'on a avec nous ne va pas nous aider ! Car j'ai mal reporté le poste 24, le premier de cette carte, et on a perdu les définitions qui nous auraient permis de comprendre l'erreur... Finalement après quelques minutes, c'est Lolo qui trouvera le poste à un endroit où on avait vu passer l'équipe d'Issy. Près de 15 minutes de perdues dans l'histoire.

Cette première erreur nous fait perdre le contact des 2 équipes de tête que nous ne voyons plus du tout au loin malgré les longues lignes droites sur le plateau venteux et froid. La solitude du raideur face à l'immensité glacée est alors terrible, chacun s'enfouit dans son buff et sa veste pour tenter de trouver au fond de son coeur une lueur d'espoir et surtout de chaleur face au blizzard et aux flocons de neige gelés qui nous lacèrent le visage et doivent encore nous accompagner pour des heures qui semblent infinies... Oups, pardonnez cet accès de lyrisme, je voulais juste dire qu'on en chiait et que ça caillait ! Mouss en particulier paye le coup de bourre pour accrocher Issy et les Quechua. Il faut lever le pied alors que nous n'en sommes pas encore à 4h de course, ce qui nous inquiète Laurent et moi quant à sa capacité à finir une course qui commence à peine. Ce qui m'inquiète aussi c'est que je commence à ressentir le froid en raison de ce ralentissement et que j'ai peur qu'un refroidissement général de l'équipe ne nous oblige à abandonner à un moment ou un autre. Mais il se connait bien le Mouss, il nous assure qu'il gère et la suite prouvera que son expérience de l'ultra endurance a payé. En tout cas cette section avec le moral bas est un peu longuette, d'autant que la spéciale des mares après le PC3 est annulée, seule concession de l'organisation aux conditions météos.

Carte 4 avec notre trace GPS (sauf un p'tit bout où le GPS de Greg s'est arrêté !):

Carte4trace
C'est donc le moral un peu bas que nous atteignons Rambouillet où le ravitaillement en eau à l'extérieur alors que j'espérais qu'il se déroule dans le gymnase n'est pas là pour nous réchauffer. Pire, après à peine quelques minutes d'arrêt, je me mets à trembler comme une feuille. Malgré mes 2 couches bien chaudes, un gilet léger et ma veste gore-tex je suis transi de froid. Sur cette course, il n'y a qu'en courant que mon corps se chauffe assez. A chaque arrêt ou marche prolongée, je me mettrais à avoir froid. Je ne parle pas des mains qui resteront froides à peu près tout le
temps. Seuls les pieds finalement ne souffriront pas trop, hormis lors des traversées de rivières bien sûr !

Un autre coup au moral à ce ravitaillement, c'est que 2 équipes y arrivent alors que nous stationnons. Est-ce une dégringolade au classement qui s'amorce ? Décidément je ne la sens pas cette édition, il fallait bien que ça arrive une année un Raid 28 qui ne se passe pas bien... Nous repartons ans la forêt de Rambouillet avec l'une d'elle, la 2ème équipe céleste de Wouter Hamelinck, bien connu des amateurs de trail, bien entourés de ses 4 wouterettes ! Finalement, nous allons les distancer à la faveur du franchissement délicat d'un bras de mare sur un arbre couché... De mon côté j'ai repris l'orientation que Greg gérait jusque là et je ne vais plus lâcher la carte.

 

Annexes 3 (annulée) et 4:

Annexe3-4

 

A l'occasion de la spéciale qui suit, nous avons la surprise de rejoindre les Quechua Célestes sur le poste 36 qui nous demandent si l'on n'a pas vu leur feuilles de route ! Evidemment on les a planquées dans nos sacs et on répond que non... Nan j'décoooonne, on les a pas vues et on ne peut pas leur rendre la pareille, eux qui nous avaient ramassé une carte tombée par terre plus tôt dans la course. Du coup on continue notre route et 2ème surprise on tombe sur Issy Aventures sur le poste 37 ! Bon ben on est de retour en tête visiblement ! Effacées les 20 minutes de retard, le moral remonte aussi sec. On en profite même pour faire une pause pour que Steph s'enlève une épine du pied d'autant que l'équipe d'Issy ne semble pas savoir où ils se situent sur la carte, vu que ce poste est atteint par le suivi d'une trace GPS. Ils osent finalement nous demander et on repart ensemble.

La bonne surprise du PC suivant, c'est que j'y retrouve les parents venus faire les bénévoles Raid 28 dans la nuit froide de la forêt. Ils vont y rester 6h de suite, ce qui me permet de souligner la dévotion des bénévoles qui entre les routes très difficilement praticables et le fait de rester sur place pendant de longues heures ont eu bien du mérite eux aussi cette nuit-là. En tout cas ils ont droit aux bisous de toute l'équipe. La moins bonne surprise, c'est qu'on doit marcher dans un petit ruisseau sous un tunnel pour pointer la balise 40 mais sur le Raid 28 on ne peut pas dire que ce soit vraiment une surprise ! Finalement, le ruisseau n'est pas trop méchant et pas très profond.

 

Carte 5 avec notre trace GPS:


Carte5trace
Suit une petit jardinage avec Issy Aventure sur la balise 41 et une spéciale pas évidente pour mesurer la longueur d'une rigole à la 42 (voir annexe 5 ci-dessous). On refait 3 fois la mesure en se concertant avec l'autre équipe et on vote pour 120m, la valeur la plus proche des mesures qui tournaient autour de 115m. Visiblement on a eu bon ! Nouvelle traversée dans le blizzard ensuite où les Quechua Célestes nous reprennent progressivement. Ils avancent les bougres ! On arrive dans la superbe forêt des Vaux de Cernay que nous traverseront hélas de nuit cette année.

 

Annexes 5 et 6:

Annexe5-6

 

Je commence la spéciale qui arrive (annexe 6 ci-dessus) par un plantage de direction qui permet aux 2 autres équipes de passer devant. Mais Issy Aventure fait un mauvais choix (ou un mauvais report) et nous pointons les balises 47 et 48 un peu derrière les Célestes avec qui nous poursuivons la spéciale suivante où chaque poste nous indique la position du suivant qu'il faut mémoriser. Puis ils nous distancent à nouveau petit-à-petit, toujours plus rapides que nous... Retour à la solitude forestière, seules les traces de nos prédécesseurs dans la neige sont là pour nous rappeler qu'on n'est pas tout seuls dans cette galère ! Les spéciales en tout cas se poursuivent avec un road-book (annexe 7) sur le parcours duquel se cachent 3 balises. Un peu de mal sur la 2ème et la 3ème qu'on rate mais qui heureusement était proche de la fin, ce qui nous permet de faire demi-tour et de la trouver assez vite.

 

Annexe 7:

Annexe7

Nous poursuivons ensuite notre remontée vers le nord et le dénivelé s'accentue.

Carte 6 avec notre trace GPS:
Carte6trace
La balise 61 en remontant au-dessus de Maincourt sur Yvette nous pose problème. Un énorme rocher juste au-dessous du chemin semble parfaitement correspondre à la définition et à la carte mais rien, pas de balise. On monte plus loin sur le chemin, on redescend avant le rocher, on remonte mais rien n'y fait... Finalement au moment de renoncer après une vingtaine de minutes, je me demande par où repartir et décide d'aller au plus direct malgré une pente sévère en tout-terrain. Un endroit semble mieux passer et en nous y engageant on tombe sur la balise sur un autre rocher, plus bas au niveau du ruisseau ! Heureux dans notre erreur ! On entame la remontée vers le plateau alors qu'arrivent 2 autres équipes (les premiers de l'Ultra-Raid 28, Silva Orientsport, et Issy Aventure a priori) qui se posent visiblement la même question que nous en arrivant sur site mais qui trouvent la balise nettement plus rapidement malgré tout. C'est rageant !!

Suit une nouvelle longue traversée de plateau venteux où il faut à nouveau prendre sur soi et tenter de conserver un peu de chaleur. Nous arrivons vers le Manet pour la seule spéciale sur carte IOF avec ses 4 balises ramassées sans souci particulier alors que le jour se lève sur la forêt blanche et le ciel gris qui ne nous réchauffera pas.

 

Annexe 8 (avec notre trace GPS):

Annexe8trace

 

Nous entamons la spéciale suivante avec Issy Aventure. Il sagit d'un corridor à suivre pour récupérer 4 balises de plus réparties le long du parcours sans qu'on sache où (annexe 9).

 

Annexes 9 et 10:

Annexe9-10


Nous en récupérons 2 avant de nous arrêter et de laisser filer Issy car Mouss et Stéphanie sont décrochés. Stéphanie est en pleine hypothermie, tremblante de froid, visiblement très très mal en point. Laurent, en capitaine avisé, a heureusement dans son sac un ponchon et une couche chaude en plus qu'elle peut enfiler avec une couverture de survie par-dessus. Je leur conseille de courir sur le chemin pour que Stéphanie puisse se réchauffer un peu, le but étant de rejoindre le CP suivant pour s'y réchauffer (et vraisemblablement abandonner je pense alors). Nous continuons à 3 le corridor qui est parallèle au chemin et trouvons une 3ème balise. En rejoignant un chemin, je décide de rejoindre le chemin en zappant la dernière partie car il est probable que nous avons déjà raté la 4ème balise si l'on en croit les numéros et pour ne pas laisser Stéphanie et Laurent qui l'accompagne se refroidirent au croisement plus bas. Ce sera la seule balise laissée en route.

 

Carte 7 avec notre trace GPS, jusqu'à que sa batterie s'épuise pour de bon !
Carte7trace
En rejoignant Stéphanie, la bonne surprise est que le fait de courir avec ses couches en plus l'a déjà un peu réchauffé. Ce n'est toujours pas le pied mais visiblement il n'y a pas d'abandon à l'ordre du jour et du coup on reprend notre bonhomme de neige de chemin au plus vite pour continuer à se réchauffer en entamant la redescente vers Bures. On compte les cartes qui nous reste, plus que 2 !! Je n'avais pas reporté les balises suivantes mais vu mes doigts gelés et nos déboires de début de course, je n'ai aucun envie de me lancer dans des manipulations de carte et tout le toutim, du coup je décide de ne pas reporter mais de garder les définitions sous les yeux avec la carte devant. Le fait que les balises arrivent dans l'ordre sur le Raid 28 le permet. Un peu plus loin, en pointant la balise 80 le long d'une falaise, nous croisons Issy Aventure qui retourne au poste en question. Nous voilà 2ème à nouveau ! Mais cette fois Issy Aventure ne revient pas sur nous en nous continuons à descendre la vallée de la Mérantaise.

Carte 8 vierge !
Carte8
Je retrouve mon père au PC suivant à Chateaufort où nos devons repasser dans une rivière sous la route. Celle-là est plus douloureuse que la précédente, de l'eau jusqu'au genou ou presque, et plus longue. Les pieds huuurlent (s'ils pouvaient) ! Celle-là vues les conditions, ils auraient pu nous l'épargner... Bref, pas le choix faut continuer à avancer même s'il nous faut un peu de temps pour trouver le transfo de la balise 85. On croise régulièrement depuis le Manet quelques joggueurs, VTTistes et même skieurs de fond pas frileux qui profitent des 10/15cm de neige fraiche et nous regardent parfois bizarrement avec nos têtes pas fraîches.

 

Quechua célestes

ça c'est pas nous, c'est les Quechua Célestes, un hommage aux triples vainqueurs de la course, et pis c'est presque la seule photo que j'ai pu récupérer de la course dans la neige pour montrer l'ambiance ! 

Crédit photo équipe Turoom, Vincent Krieger et François Voisin


Une bonne grimpette de plus nous amène à une spéciale azimut / distance. Pas de souci sur la première, la 88. Sur la 2ème je prends mon cap tandis que l'équipe suit les traces dans la neige qui partent un peu en décalé. Alors que je suis à mi chemin du point que je vise, ils m'appelent et me montrent la balise ! ça alors ! C'est un peu tôt, non ?! En même temps pas de raison de se prendre la tête, on continue. Le dernier poste de la spéciale à 800m oblige d'après mon report à redescendre pour remonter sur le plateau en face, alors que le PC en en fond de vallée. Vu le temps nécessaire à remonter, le fort risque de galérer à trouver le poste et la fatigue de l'équipe, je me dis qu'il ne faut pas aller le chercher. Nous cherchons donc juste à redescendre et nous suivons en même temps les traces de nos prédecesseurs sur le circuit. Déjà assez bas, Laurent et moi sommes appelés par les 3 autres. Ils nous montrent une balise devant laquelle on est passés sans la voir ! "Vous l'avez pointé ?" "Heu, non..." Alors là je ne comprends plus rien, c'est celle que je voyais de l'autre côté du plateau, y a un truc qui m'échappe. Je ne comprendrai qu'à l'arrivée où je commence à dire aux traceurs qu'ils ont un peu fumé sur les distances de la spéciale que le report se faisait à chaque fois de la balise 87 et pas de la balise précédente comme c'est généralement le cas sur les azimuts distance. J'avais qu'à mieux lire mes défs !! C'est le risque à ne pas faire lire les défs par qqu'un d'autre. En l'occurence les traces dans la neige nous ont clairement favorisés en nous évitant de perdre poteiellement beaucoup de temps sur cette spéciale.

J'arrive ensuite à domicile, vers le Bois d'Aigrefoin qui m'a plutôt bien réussi ces derniers temps... Surprise, en arrivant au point de contrôle démarrant la spéciale mémo (5 postes à retenir), nous voyons en repartir les Quechua Célestes que nous pensions loin devant ! Uuunbeliiiiievable !! ça me booste à bloc ! Un peu trop sans doute car je me précipite un peu sur la mémorisation et le partage des rôles, ce qui fait qu'un des postes est placé de manière approximative. La carte ne montrant que les chemins nous a sans doute un peu perturbé aussi !

Heureusement, la zone n'est pas grande et les quelques traces dans la neige permettent de vite trouver ce premier poste. les autres en posent pas de problème et on rejoint même les Quechua Célestes et les Silva de l'Ultra-raid sur le dernier poste. Ils nous manquent à chacun une des balises de la spéciale corridor, nous sommes donc bien à égalité de temps...

 

Carte de la mémo, avec juste les chemins !

Spéciale mémo


C'est le moment clé de la course: en bas de la descente, au moment de rejoindre le chemin qui longe le ruisseau, les Quechua un peu en avance partent à gauche vers le poste 98 puis reviennent pour repartir dans l'autre sens. Je vérifie mais il me semble bien que le sentier que nous cherchons est sur la gauche. Il est petit et les Quechua l'ont manqué (même si on n'en a pas la certitude à ce moment-là) ! Ils vont perdre 30 minutes sur ce poste. Nous poursuivons un temps avec Silva puis seuls après une n-ième spéciale. Retour dans la vallée pour longer l'Yvette sur mes chemins d'écolier, collégien et lycéen, même pas besoin de lire la carte ! J'essaie de booster l'équipe avec Laurent pour qu'on maintienne un rythme soutenu. Greg, impérial jusque là, souffre des genoux et a beaucoup de mal à supporter la course. Tout le monde serre les dents mais la confirmation de notre prière place au CP12 nous fait entrevoir une possible victoire !

Carte 9 vierge !
Carte9
La fin est encore longue avec une nouvelle remontée de coteau et une spéciale graphique (voir annexe 10 plus haut) dans laquelle une erreur de concentration nous fait jardiner sur la dernière balise. Les "allez, allez, allez" de Laurent et moi saoûlent toute l'équipe mais ils font leur effet et on continue à trottiner vers le dernier point de contrôle. La dernière spéciale à l'énoncé énigmatique pour la balise 111 ("la vérité est au fond du puits") nous laisse un temps perplexe mais des promeneurs nous cofirment l'existence d'un puits sur le viaduc de Gometz. Evidemment la balise est en bas et je me paye une descente / remontée à bloc. Puis il n'y a plus qu'à redescendre vers Bures pour terminer avec sans doute 100km au compteur, conjointement avec l'équipe Transavia, qui portait une joelette, arrivant du raccourci de fin de course.

 

Arrivée avec 23

Crédit photo équipe Turoom, Vincent Krieger et François Voisin


Le soulagement d'en finir de cette course rendue particulièrement difficile voire pénible par les conditions météos domine ! Même s'il faut rester prudent avec les pointages, on a quand même le sentiment d'avoir fait un gros truc sur cette fin de course. Nous sommes les premiers arrivés, un peu dans l'indifférence générale d'ailleurs car même Papy Turoom n'était pas encore là !! Heureusement un bénévole est bien au poste pour nous accueillir avec un bol de soupe et Danny aussi. On refait la photo de l'arrivée pour Papy:

 

Arrivée Crédit photo équipe Turoom, Vincent Krieger et François Voisin


Pas de chance, le chauffage du gymnase est en rade donc l'attente qui va suivre va être un peu moins confortable que d'habitude malgré l'excellent repas chaud. Mais l'annonce du podium terminera de nous réchauffer avec la confirmation de la victoire !

Team départ

 

La 5ème tentative aura donc été la bonne pour moi. C'est inattendu car c'est bien la première fois que j'ai cru en course que nous n'irions pas au bout. Mais la belle gestion de Mouss, la capacité à se remettre en selle et le mental de Stephanie ainsi que la volonté de Greg pour courir malgré la douleur nous ont maintenu dans la course ! il aura fallu aussi un peu de réussite grâce aux traces dans la neige et quelques malheurs pour les célestes pour y arriver. C'était la 10ème de Laurent qui a décidé de tirer sa révérence sur cette belle course (en tout cas c'est ce qu'il raconte ;) ) où il aura été impérial et efficace dans son rôle de capitaine. Un grand merci à toute l'équipe pour ce grand moment malgré des conditions froides et dures qui nous auront un peu renfermé sur nous-mêmes en course et du coup un peu limité les échanges et pitreries habituelles ;) Faut dire qu'on sent un peu de fatigue dans les visages à l'arrivée, mais heureux d'en avoir fini de si belle manière


Mouss arrivéegreg arrivée
Steph arrivéeBenji arrivéeLolo arrivée

 

En tout cas, voilà une belle brochette qui dit oui oui au don d'organes et à la neige au Raid 28 !

Equipe du coeur dos fun

Coupe

Carte donneur

Partager cet article

Repost0

commentaires