Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 avril 2015 4 30 /04 /avril /2015 22:41

Voici mon 2ème ultra orientation de l'année: l'Infernou. 24h de course au score dans la forêt de la Grésigne organisée par le BOA et le SCOR, 2 clubs locaux, à qui j'ai piqué quelques photos du départ et de l'arrivée. Déjà repérée il y a 2 ans, je suis vite partant cette année avec la possibilité de faire cette course en solo, une expérience que j'ai bien envie de tenter. Direction Toulouse, base arrière de toutes mes courses dans le sud-ouest bien sûr, puis Puycelsi, un joli village perché entouré de remparts, emmené par Marie-Jo le 24 avril. Je retrouve sur place un véritable contingent d'Issy Absolu Raid, que je connais bien pour les retrouver entre autre chaque année au Raid 28.

L'Infernou, une course satanique
L'Infernou, une course satanique
L'Infernou, une course satanique
L'Infernou, une course satanique

Concernant la course, voilà le topo: 24h maximum (départ samedi midi, fin dimanche midi) pour trouver 100 balises réparties sur une carte A3 recto verso à l'échelle 1:20000. La carte est quasi entièrement cartographiée à la norme ISOM de course d'orientation, on va se régaler. Qui dit course au score dit, stratégie d'ordre de ramassage des balises à définir. Autant sur une course au score d'1h, j'y consacre 10 secondes, autant sur 24h, il est important de consacrer un certain temps à définir une stratégie optimale. Un aspect important pour le traçage: une base-vie avec ravitaillement et sac d'assistance à dispo est ouvert en forêt de 21h à 6h.

Je me suis fixé de passer 2 fois à la base-vie pour limiter le portage de ravitaillement. Du coup je veux faire une grande boucle en début de course qui m'amènera à la base-vie un peu après 21h, tant que je suis frais et relativement rapide, puis 2 boucles plus courtes en repassant à la base-vie entre les deux. Mais avant cela, petite surprise bien sympa, les organisateurs ont prévu une sorte de sprint-prologue dans Puycelsi avec 20 balisettes à poinçonner avant de pouvoir récupérer la grande carte. Le départ en masse est donné à la petite troupe d'une quinzaine d'équipes et de solos (cette course reste assez confidentielle malgré son format unique). Je fais tranquillement ce petit prologue bien sympa dans le très joli village avant de me mettre au traçage.

Vidéo des organisateurs sur le départ de la course et le prologue dans Puycelsi

L'Infernou, une course satanique
L'Infernou, une course satanique
L'Infernou, une course satanique
L'Infernou, une course satanique
L'Infernou, une course satanique
L'Infernou, une course satanique
L'Infernou, une course satanique
L'Infernou, une course satanique
L'Infernou, une course satanique

Alors comment auriez-vous attaqué ce chantier ?!

L'Infernou, une course satanique

Voilà ci-dessous le tracé suivi. Hélas mon GPS s'est mis à bugger donc certaines sections manquent (quand la trace devient subitement droite). La zone ouest sur le causse menant à Bruniquel semble nettement plus longue et excentrée par rapport à la base-vie et sera ma première boucle que je trace au départ. On adaptera la suite selon la progression. L'inconvénient: le soleil va se mettre à bien taper sur cette partie assez découverte mes 2L d'eau sont juste suffisants pour rejoindre le prochain point d'eau à Bruniquel après 4h30 de course et quelques boulettes à la 32 et 107.

L'Infernou, une course satanique

Mais c'est surtout sur la section suivante, très accidentée, que le manque d'eau va se faire sentir le plus, tandis que je croise les 2 équipes d'Issy Absolu avec Jérôme et Pierre qui finiront 2ème et 3ème de la course. En route vers la balise 55, je suis trop en avance pour passer à la base-vie toute proche qui n'ouvre qu'à 21h, du coup je décide de partir d'abord vers le point d'eau au nord de la carte à la 91 avant de repasser à la base-vie. J'en profite pour me poser et tracer en conséquence la suite du parcours. Quelques photos que j'ai prises sur ce parcours fait de jour (on en avait plein les yeux, en plus d'en avoir plein les jambes de ces multiples côtes !):

L'Infernou, une course satanique
L'Infernou, une course satanique
L'Infernou, une course satanique
L'Infernou, une course satanique
L'Infernou, une course satanique
L'Infernou, une course satanique
L'Infernou, une course satanique
L'Infernou, une course satanique
L'Infernou, une course satanique
L'Infernou, une course satanique
L'Infernou, une course satanique
L'Infernou, une course satanique
L'Infernou, une course satanique
L'Infernou, une course satanique
L'Infernou, une course satanique

La nuit tombe progressivement quand j'arrive vers la 91 et le point d'eau. Un symptôme du manque d'eau ou de mes soucis désormais habituels de digestion sur les ultras: mon estomac est en train de faire des siennes et je ne peux plus manger grand chose... Je dois réduire mon allure pour faire passer les aliments et marcher davantage. Un moment un peu dur pour la tête. Cela dit je ne suis pas le plus mal loti puisqu'un coureur rencontré sur le point d'eau a déjà vomi 3 fois... Je poursuis mon trajet jusqu'au point culminant de la course (balise 89) avant de redescendre vers la base vie que j'atteins à 22h et quelques. De jour elle ressemble à ça (photo orga):

L'Infernou, une course satanique
L'Infernou, une course satanique

De nuit, au milieu de la forêt, l'ambiance est assez différente, un ilot de vie au milieu de nulle part (vue le nombre limité de coureurs et la taille de la zone de course, on croise surtout des animaux ici !). Mais l'aménagement est parfait: une tente bien chaude où l'on peut se ravitailler et où se trouvent déjà quelques équipes, une autre avec les sacs d'assistance et derrière une zone pour dormir pour ceux qui le souhaitent. J'y reste une bonne demi-heure car je ne peux manger que très lentement ma soupe de pâtes. Mais au moins elle passe ! Puis je me change pour le confort et éviter d'attraper froid et c'est reparti !

Après mon festin, je dois repartir en marchant pour arriver à digérer. J'ai pris du coca mais une gorgée renforcera mes nausées donc j'en reste là et ne mange presque rien sur cette portion, si ce n'est une compote et une demi-banane. Au moins, à cette allure lente, je ne fais pas d'erreur d'orientation et ne cherche pas les postes, c'est déjà ça. 2ème passage à la base-vie vers 4h45, nouvelle soupe et nouveau change pour 20 minutes de pause. Allez, cette fois c'est le retour ! Nouvelles grimpettes, on commence à croiser les coureurs des autres circuits, le jour pointe, j'espère arriver vite (la situation de l'estomac n'est pas reluisante mais stable au moins).

L'Infernou, une course satanique

Mais je m'énerve tout seul en me perdant dans les multiples sentiers vers la balise 94. Je m'acharne à chercher la balise dans le mauvais vallon pas loin de 20 minutes quand même ! J'arrive enfin en vue de Puycelsi, non sans regretter de ne pas avoir ramassé la balise 95 au début de mon périple.

L'Infernou, une course satanique

J'en termine donc au petit matin, après 20h47 de course, avec le plaisir d'être allé au bout de ce parcours incroyable et exigeant: environ 110km (ou plus mais le GPS ne permet pas de transcher !) et 4600m de dénivelé positif ! Mais mauvaise surprise au vidage du doigt électronique: il me manque une balise !! Et oui, j'ai zappé la balise 82 en allant directement de la 81 à la 79. J'avais pourtant tracé mon parcours pour y passer mais, sans doute à cause d'un pliage de la carte malvenu et de mon manque de fraicheur à ce moment de la course, je ne l'ai pas vue. C'est un peu rageant mais bon...

Heureusement pour moi, personne ne ramassera toutes les balises dans les 24h et je remporte donc la course malgré cette boulette devant les 2 équipes d'Issy Absolu croisées hier après midi qui terminent avec 96 balises. Un grand merci aux organisateurs pour s'être lancés dans une organisation pareille ! Parce que la logistique déployée pour poser des balises dans une zone aussi vaste, monter un bivouac et une arrivée avec sono et repas et gérer une course aussi longue avec une relativement petite équipe et un nombre assez limité de participants est vraiment impressionnante. Et tout ça dans la bonne humeur ! La prochaine édition aura lieu en 2017 et je pense que ça vaudra encore vraiment le coup.

Maintenant c'est récup pour les échéances du mois de mai: Championnat de France de MD de CO, CFC et Maxi-Race à Annecy pour finir !

L'Infernou, une course satanique
L'Infernou, une course satanique
Partager cet article
Repost0

commentaires